Mon Panier

Mon Panier

0,00 €
Montant total:

Bouteilles en plastique

DIe Plastikflaschen

L'eau embouteillée ou conditionnée est un produit qui nous faisait rire, nous Slovènes, il n'y a encore pas si longtemps que cela. Pourquoi acheter quelque chose que nous pouvons avoir presque gratuitement ? Mais des campagnes marketing agressives ainsi que des influences de l'étranger ont réussi à créer, depuis une dizaine d'années au moins, une tendance à boire de l'eau embouteillée. Parce qu'en Slovénie pas moins de 86,2 % [1] de cette eau est conditionnée dans du plastique PET, lequel est problématique tant du point de vue de la santé que de l'environnement, nous devrions examiner de plus près toutes les faiblesses (et les rares bénéfices) des bouteilles en plastique. 

 

 

 

 

 

 

 

 

Film: The story of bottled water

 

 

 

 

LES INCONVENIENTS DE L'UTILISATION DE BOUTEILLES EN PLASTIQUE

 

SANTÉ:

Les bouteilles en plastique sont essentiellement fabriquées à partir de plastique PET (polyéthylène téréphtalate). Il a été prouvé que ce matériau libérait de l'antimoine dans l'eau, un métal classé dans le groupe 2B par l'IARC (Centre international de recherche sur le cancer), ce qui signifie qu'il est potentiellement cancérogène. Des études ont montré que la libération d'antimoine dans l'eau s'intensifiait avec le temps et la hausse des températures. Contrairement à ce qu'affirment un grand nombre d'articles dans les médias populaires et sur Internet, le plastique PET ne libère pas de bisphénol A (BPA) dans l'eau. 

ENVIRONNEMENT:

Les bouteilles en plastique ont de nombreuses influences négatives, tant directes qu'indirectes, sur l'environnement.

 

Erdöl wird als grundlegendes Herstellungsmaterial  der Plastikflaschen

      • Consommation d'énergie

      La consommation d'énergie lors de la consommation d'eau embouteillée intervient à plusieurs niveaux. Le pétrole sert de matériau de fabrication de base. L'énergie (elle aussi généralement obtenue par le biais de combustibles fossiles) est utilisée pour la fabrication et le remplissage des bouteilles. Le transport des bouteilles remplies d'eau, jusqu'au magasin et au lieu de consommation, est également à l'origine d'une consommation énergétique importante. Nous utilisons donc de grandes quantités d'énergie pour un résultat identique, que nous pouvons atteindre en ouvrant simplement le robinet de notre cuisine. Dans le cas de l'eau embouteillée et vendue localement, la plus grosse partie de l'énergie est consommée lors de la fabrication des emballages et par le transport si les trajets sont plus                                                           longs [2].

 

        L'empreinte CO2

  • L'importance de l'empreinte CO2 est en fait une conséquence de la quantité d'énergie consommée pour la fabrication de l'unité traitée, c'est-à-dire de la bouteille en plastique dans notre cas. L'empreinte CO2 de la bouteille en plastique est élevée notamment en raison de l'intensité énergétique de la production de plastique et du transport ainsi que de la faible efficacité du recyclage. Les résultats des analyses varient de 173 à 250 g de CO2 par litre d'eau en bouteille plastique, ce qui représente également jusqu'à 6 000 fois plus que pour l'eau du robinet. 

 

V Sloveniji recikliramo le dobrih 20 % plastenk

    • Déchets

    Un Slovène moyen boit environ 56 l d'eau embouteillée par an. Si l'on fait abstraction de l'eau en bouteilles de verre, cela représente environ 200 millions de bouteilles plastique d'un demi-litre chaque année ! Seul 20 % du plastique étant recyclé ou revalorisé [3], cela signifie qu'en une année seulement, et uniquement pour la Slovénie, un total de 150 millions de bouteilles plastique atterrissent en théorie dans la poubelle, ou pire, dans la nature ! De plus, une grande partie du plastique recyclé est utilisé pour des produits de moindre valeur (down-grading), comme par ex. des tuyaux, et finit par atterrir tôt ou tard à la poubelle.

     

 

ECONOMIES:

L'eau en bouteilles plastique est 274 à 2 695 fois plus chère que l'eau du robinet [4]. Ces différences doivent principalement être mises sur le compte du type d'eau embouteillée (c.-à-d. de la marque), de la taille du conditionnement mais aussi du tarif local de l'eau du robinet. Une chose est néanmoins certaine : la différence est considérable et constitue un exemple unique d'une marchandise identique vendue avec une telle majoration. Une réalité que les services marketing des producteurs d'eau en bouteilles plastique apprécient sans aucun doute énormément. 

 

SOCIÉTÉ:

L'eau embouteillée se retrouve également de plus en plus sur le banc des accusés en raison du problème de la commercialisation ou de la privation d'un bien appartenant à tous . De l'avis de nombreuses personnes et de mouvements de citoyens, l'eau (tout comme l'air) ne devrait pas être une source de profit. Des problèmes (et par voie de conséquence des troubles) liés à la vente d'eau en bouteilles font déjà leur apparition dans un certain nombre d'états, où l'eau est une denrée rare en raison de l'épuisement des sources d'eau.

LES AVANTAGES DE L'EAU EMBOUTEILLÉE

 

ZONES EN CRISE:

L'eau en bouteilles constitue l'unique source pour ce liquide vital dans les zones touchées par des catastrophes naturelles ou d'autres types de crises (guerres, absence de systèmes de distribution d'eau...). 

 

Pomoč na kriznih območjih

ZONES AVEC UNE EAU DU ROBINET DE MAUVAISE QUALITÉ:

Il existe bien entendu également des zones dans lesquelles l'eau du robinet ne répond pas aux normes sanitaires. L'eau embouteillée constitue alors la seule option possible s'il n'existe pas d'autre solution (respectueuse de la santé et de l'environnement) pour résoudre ce problème. Dans sa publication Freshwater in Europe, le PNUE constate que 10 % de la population de l'UE est exposée à une eau potentiellement contaminée [5].

 

PRATICITÉ:

La praticité est un argument qui constitue malheureusement toujours l'un des principaux motifs d'achat et qui est esquivé par les fabricants d'eau en bouteilles, dans un contexte où la prise de conscience de l'importance de la responsabilité vis-à-vis de la société et de l'environnement est toujours plus profonde. Nous vivons dans une société dynamique et le citoyen moyen effectue de nombreux trajets chaque jour. Remplir une bouteille avec de l'eau nécessitant un certain effort et une certaine planification, acheter de l'eau en bouteilles plastique constitue justement une solution simple lorsque nous avons soif. La prise de conscience de toutes les faiblesses de l'eau en bouteilles plastique devrait nous inciter à surmonter cette « paresse ». Mais le « retour » des conduites d'eau publiques et des mouvements sociaux, encourageant par ex. les restaurants à servir de l'eau du robinet, aide lui aussi.

Outre leurs faiblesses, nous voyons bien que les bouteilles en plastique présentent également un certain nombre d'avantages. C'est la raison pour laquelle notre intention n'est pas de nous opposer aux bouteilles en plastique mais de mettre un terme à l'achat inutile et immodéré d'eau embouteillée. L'eau en bouteilles plastique doit remplir sa fonction essentielle, à savoir garantir une eau potable dans des zones et des situations où elle constitue la seule et unique option. Nous luttons toutefois contre une production de masse d'eau embouteillée, orientée vers le consommateur et créée par un marketing agressif, par le biais duquel l'industrie des boissons non alcoolisées a généré les premiers déchets de production. Un marketing agressif, qui a créé une soi-disante « manufactured demand » ou des besoins artificiels.

 

SOLUTIONS:

Des gourdes réutilisables dans d'autres matières plastiques

Un grand nombre de modèles de gourdes pour boire de l'eau ou d'autres boissons sont fabriquées en plastiques durs. Ces types de plastiques ne libèrent pas d'antimoine dans l'eau et constituent, dans une certaine mesure, une solution à la problématique de la consommation d'eau embouteillée en termes d'environnement et de coûts, puisqu'ils encouragent à boire de l'eau du robinet. Nous ne pouvons toutefois ignorer le fait qu'elles sont en plastique et que leur production requiert une grande quantité d'énergie. Une affaire a par ailleurs eu une forte résonance aux États-Unis lorsqu'il a été découvert que de nombreuses bouteilles en plastique dur libéraient du bisphénol A (BPA) dans l'eau et que celui-ci avait des effets négatifs sur la fertilité humaine et qu'il provoquait des maladies cardiovasculaires ainsi que du diabète [6]. Cette découverte a été particulièrement choquante du fait qu'une grande partie des biberons pour les nourrissons étaient composés de polycarbonates. De nombreux fabricants ont cessé depuis lors d'utiliser des matériaux contenants du BPA mais l'ombre du doute plane malgré tout encore.

 

 

Des gourdes réutilisables en aluminium ou en acier

Bien que produire des métaux soit un processus gourmand en énergie, on peut affirmer que les gourdes  en métal sont respectueuses de l'environnement. Du fait de son prix, l'aluminium présente notamment un taux de recyclage exceptionnellement élevé. Il offre par ailleurs la possibilité d'être théoriquement réutilisable à l'infini, ce qui permet donc de limiter les effets sur l'environnement et, bien entendu, de diminuer considérablement les coûts liés à la consommation d'eau. D'un point de vue sanitaire, les bouteilles constituées de métaux de moindre qualité sont problématiques car leurs revêtements internes contiennent souvent du BPA, qui est utilisé comme agent anticorrosif [7]. Les fabricants les plus connus ont cessé d'utiliser du BPA après l'affaire mentionnée ci-dessus. 

 

Des bouteilles en verre

Une bouteille en verre ordinaire peut constituer un excellent substitut à la bouteille en plastique. Elle est respectueuse de l'environnement à tous points de vue puisqu'elle peut être utilisée régulièrement pour boire de l'eau du robinet. De plus, le verre est un matériau qui, théoriquement, peut être recyclé à l'infini, et le plus souvent à 100 % [8]. Le verre est un matériau inerte qui n'interagit que très peu avec l'eau. Toutefois, l'un des inconvénients du verre est en tout état de cause qu'il peut se casser. Les bouteilles ordinaires sont extrêmement fragiles et ne bénéficient d'aucune protection supplémentaire contre les chocs. C'est la raison pour laquelle elles sont davantage conçues pour un usage statique et requièrent d'être utilisées avec une grande prudence.

La Flaska

La Flaska est notre réponse à la problématique sanitaire, environnementale, financière et sociétale que pose la consommation d'eau en bouteilles plastique. Elle se compose de verre, un matériau dont nous avons déjà constaté qu'il était le plus adapté à la conservation de l'eau et pouvant être recyclé dans des produits ayant la même fonction. Elle a été conçue pour que vous puissiez l'utiliser régulièrement pour consommer de l'eau du robinet, et vous permettre ainsi de réduire sensiblement votre empreinte environnementale en termes de production de déchets et de consommation d'énergie. La Flaska est équipée d'une coque qui la protège des chocs et qui préserve l'eau de l'influence de la lumière et de la température. Elle est également constituée d'un verre épais (s'applique aux tailles de 0,5 l et 0,75 l) ce qui permet de limiter encore davantage le risque de casse. La Flaska est donc également adaptée aux personnes menant une vie active et peut être utilisée lors d'activités sportives. Naturellement, il est essentiel de garder à l'esprit que le verre demeure un matériau qui se casse facilement dans des situations extrêmes. La coque de protection, avec ses designs colorés, joue également un rôle de déclencheur psychologique et « invite » à boire de l'eau.

 


[1]Združenje polnilcev embaliranih vod Slovenije  (www.voda.si)

[2] Energy implications of bottled water, P H Gleick and H S Cooley, 2009

[3] The Compelling Facts About Plastics 2009

[4] http://mojevro.finance.si/238946

[5] http://www.grid.unep.ch/product/publication/freshwater_europe/consumption.php

[6] http://www.medicalnewstoday.com/articles/151156.php

[7] http://www.treehugger.com/SIGG%20Quality%20Guarantee-%20April%2015%202008%20%282%29.pdf